Entre ciel et terre

J’ai commencé à écrire par un soir de froid sibérien au Labrador. C’était le 17 janvier.

J’ai écrit mes pensées comme on les écrit dans un journal. Pas de folles révélations, simplement écrire.

Quand on est loin on a plus de temps…

Je vous écris du Labrador…pas grand chose à faire au Labrador le soir l’hiver…

Plus de temps, c’est beaucoup dire mais disons que là, j’ai envie de me changer les idées des raisons qui m’amènent dans le froid, moi dont la peau est faite pour la chaleur. Mais franchement, pensez-y, quel privilège d’être au Labrador. Je n’y serais jamais venue sinon. Mon travail me fait voyager, vers le froid, certes mais voyager quand même.

J’ai eu beaucoup de moments pour réfléchir pendant mon déplacement, avec les retards, les annonces de mauvais temps à destination et dans la turbulence. On ne tient qu’à un fil et à 25 000 pieds dans les airs, il me semble qu’on le voit de moins en moins ce fameux fil…

J’ai judicieusement apporté ma revue Runner’s World avec moi pour le voyage. Entre le ciel et la terre, elle m’a aidé à ne pas penser à la turbulence qui faisait tanguer l’avion d’un bord à l’autre. Je me suis tranquillement replongée dans l’univers de la course, des demis, des marathon, des km, des PB, des mots, des sensations, bref, j’ai eu envie de courir. J’ai lu l’article de Marc Parent qui relate son premier demi. Inspirant  et presque que paniquant à la fois ! Étant inscrite à mon premier demi-marathon cette année, j’ai eu des papillons dans le ventre en le lisant.

L’entrainement post-fêtes a repris la semaine dernière. Les virus et autres abus ont vite fait de me ralentir. Mais je le dis souvent, le corps est une machine formidable qu’il faut respecter. Il se rappelle de ce qu’il faut faire et il le fait. Je me dis toujours que c’est parce qu’il doit aimer ce qu’il est en train de faire. Dès mon deuxième entrainement, j’avais retrouvé mon énergie et (presque) ma cadence. Tout n’est pas gagné, j’ai beaucoup de chemin à rattraper.

Alors voilà, ça reprend de plus bel. Bon, disons que ma petite escapade nordique met mon entrainement sur la glace (elle était facile quand même !). Il n’y a pas de gym à l’hôtel qui m’héberge et ça me fait un peu peur d’aller courir dehors par ce froid sibérien dans cette ville qui m’est encore inconnue. Qu’à cela ne tienne, au retour c’est le boot camp. Fini le slackage, fini les excès, pas d’abus permis, c’est l’armée.  Au pas camarade ! Je commencerai un mois de diète sévère et d’entrainement. Il faut que je me remette sur le piton et que je me fouette.

L’entrainement suivra un tempo tout doux quand même. Cette année, pas de blessure possible. Je cours. Je recommencerai aussi tranquillement à courir dehors. Le tapis de course c’est bien mais trop c’est pas bon. Et en plus, j’ai besoin d’être à l’extérieur, j’ai besoin du grand air !

Mais en attendant, je vais essayer de trouver un gym à Labrador City qui accepte la présence d’une coureuse itinérante. Je serai ici à quelques reprises d’ici au printemps et j’y passerai généralement 3 ou 4 jours d’affilés. Ça me permettra de continuer mon entrainement et aussi de passer le temps.  Je vous tiendrai au courant des résultats de mes recherches !

J’étais rendue là quand j’ai arrêté d’écrire. Le retour s’est fait plus doucement que le voyage pour m’y rendre. Je suis rentrée chez moi très tard le jeudi soir, heureuse de retrouver ma ville, heureuse de dormir dans mon lit et tellement satisfaite du boulot que j’ai effectué pendant mon voyage. Souvent, l’effort que l’on met dans notre travail trouve tout son sens dans ces moments-là.  Il n’en tient qu’à nous de le réaliser. J’y retourne la semaine prochaine. Ce sera un autre succès, ça c’est certain ! Je me souhaite un vol un petit peu moins rock’n’roll que la dernière fois par contre 🙂

Depuis cette date, que s’est-il passé ? Le boot camp a débuté et très sérieusement à part de ça. Je suis passée en mode « projet »…projet Mimi ! C’est du sérieux et ceux qui me connaissent savent que si j’ai quelque chose dans la tête, je ne l’ai (malheureusement pour certains) pas dans les pieds. Bon, je fais tout ça dans le bonheur quand même et je suis très heureuse d’être passée à l’action. Je recommencerai mes séances de yoga matinales tout bientôt. Un petit 20 minutes les matins de semaine, ça améliorera ma souplesse et ma flexibilité et ça m’aidera à mieux gérer mon stress.

Dans le dossier « trouver un gym à Labrador City », j’ai trouvé des noms d’endroits et des numéros de téléphone. Il ne reste qu’à téléphoner. Ce sera fait avant mon départ.

C’est bien parti. Je suis gonflée à bloc.

À bientôt chers lecteurs !

Mimi

Advertisements

2 thoughts on “Entre ciel et terre

  1. Bravo Mimi pour cette remise à l’heure des pendules. Il faut ce qu’il faut, même à Labrador City! Mise à part tes escapades dans le nord, je constate que nous avons les mêmes dossiers en main et bien à l’œil! J’imagine que nous sommes pas seules à entreprendre ce boot camp pour faire disparaître ce que le slakage a créé à force de traîner les pieds. Mais bon, tu sembles avoir un élan d’enfer et une poigne sur tes objectifs aussi forte qu’une main de fer dans un gant de velours. Quand faut y aller, faut y aller et plus rien n’est négociable. Je t’appuie all the way et je t’accompagne dans cette marche militaire. Allez! pas de répit jusqu’à ce que tout soit accompli!
    Let’s go!

    (c’est la chanson thème qui m’a inspirée pour le marathon l’année dernière)
    Bonne route! 😉

    • C’est non négociable effectivement ! Et c’est fou comment, quand on y met toute notre passion, on voit les résultats arriver rapidement. Merci pour ton commentaire Martine et merci pour le lien. Cette chanson s’en va tout droit sur ma playlist de course. There’s no excuses, it’s now or never…Let’s go !

      Mimi

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s